Comment lire son bulletin de paie en 2022 ?

Lire son bulletin de paie en 2022 est toujours un casse tête pour de nombreux salariés, surtout s’il s’agit de premières fiches de paie ou si vous avez besoin d’avoir une information spécifique et que vous n’êtes vraiment pas sûr de pouvoir trouver. Quelles sont les mentions obligatoires sur papier ?

(suite…)

Comment voir son bulletin de salaire ?

Que l’on soit en CDI, en CDD, en contrat d’intermittent ou en intérim, il existe un papier plus qu’important afin d’obtenir pas mal de choses. Ce papier n’est autre que le bulletin de salaire. Alors comment le trouver, que doit-on en faire ? Voici ce qu’il faut savoir.

Que doit-on voir sur son bulletin de salaire ?

Le bulletin de salaire est un papier qui est remis à l’employé par son employeur afin de connaître la rémunération mensuelle de l’employé. Le patron est dans l’obligation de transmettre ce document de manière mensuelle.

Certaines données sont impératives. Ainsi, vous devez pouvoir y voir le nom et le prénom de l’employé,son adresse, sa classification, c’est-à-dire son niveau hiérarchique et son emploi, mais aussi le nombre d’heures travaillées dans l’entreprise et la période.

D’un autre côté l’employeur doit aussi y mettre des informations concernant son entreprise, tels que le nom et l’adresse de l’entreprise, le numéro SIREN ; le code APE/NAF et enfin la convention collective applicable au salarié.

Pourquoi ce papier est important ?

Il est primordial pour un salarié, mais aussi pour un intermittent du spectacle ou pour toute personne recevant un bulletin de salaire, de le conserver de manière permanente.

En effet, les informations que l’on peut voir sur un bulletin de salaire vont permettre de calculer non seulement les droits au chômage le cas échéant, mais aussi et surtout de faire le point sur vos droits pour la retraite.

Votre employeur lui n’a aucune obligation de conserver ces informations au-delà de 5 ans après que l’employé ait quitté l’entreprise. Aujourd’hui, même si les bulletins de salaire sont de plus en plus souvent gardés sur support numérique, il n’est pas rare que les mises à jour des entreprises les suppriment automatiquement après un certain délai ; il est donc de la responsabilité de l’employé de les fournir.

Comment recevoir son bulletin de salaire ?

Aujourd’hui, afin de voir son bulletin de salaire, il existe plusieurs manières de se le procurer. Si avant il était nécessaire de récupérer le fameux sésame directement sur son lieu de travail, aujourd’hui, il est non seulement possible de le recevoir par voie postale, mais surtout,avec l’évolution actuelle de la technologie, il est possible de voir son bulletin de salaire en ligne.

Vous pouvez soit le recevoir par mail, soit le consulter directement sur certains sites internes qui permettent à l’employeur de dématérialiser le nécessaire pour ses employés.

Le bulletin de salaire, un indispensable

Voir son bulletin de salaire n’est pas une option ! C’est une obligation légale ! À partir du moment où vous travaillez, vous devez avoir un bulletin de salaire. Si pour une raison ou une autre vous n’obtenez pas votre bulletin de salaire, cela peut signifier que les démarches lambda de votre employeur, que ce soit au niveau des impôts, de la retraite, du chômage, de l’URSSAF, etc. n’ont pas été réalisées.

Cela peut aussi dire que malgré votre contrat de travail vous n’êtes pas un travailleur déclaré et que vous êtes au contraire un travailleur communément appelé « au black ». Cela signifie concrètement que si l’inspection du travail se penche sur vos revenus, vous pourrez potentiellement avoir de gros problèmes. Mais bien entendu, ceci est une autre histoire et nécessite un autre article.

Si vous avez d’autres questions sur comment voir votre bulletin de salaire ou sur les bulletins de salaire en règle générale, sachez que vous pouvez rapidement prendre contact avec des spécialistes de 1-bis concernant la réalisation de fiche de paie des intermittents du spectacle depuis 1988 à voir leurs droits de manière plus claire.

Quand doit-on donner le bulletin de salaire ?

Le bulletin de salaire est l’un des documents les plus importants pour un salarié. Il permet de calculer le chômage, la retraite, etc., bref, il permet beaucoup de choses et surtout prouver que vous avez une activité légale. Mais quand devez-vous le recevoir et que faut-il savoir ?

Quand un employeur doit donner son bulletin de salaire à un employé ?

Le bulletin de salaire est donné en même temps que la paie, ces deux actions sont liées. Cela dit, il faut éclairer deux ou trois petites choses. Dans un premier temps, il n’y a pas de date précise pour donner un bulletin de paie ou un salaire. Votre employeur peut par exemple décider de vous payer le 15 du mois et donc vous remettre votre bulletin de salaire à ce moment-là.  En revanche, lorsqu’une date est décidée, elle doit être suivie. Donc si votre patron décide de le faire le 15 du mois, ça sera aux alentours du 15 du mois prochain que vous recevrez votre prochaine paie, ainsi que votre prochain bulletin de salaire.

Un bulletin de salaire doit obligatoirement être donné à un employé de manière régulière. Toutefois, il n’y a aucune obligation de donner un bulletin de salaire à un stagiaire.

Un bulletin de salaire prouve qu’il y a un contrat entre l’employeur et l’employé et que la nature du travail est légale.

Enfin, il faut savoir que donner un bulletin de salaire est une obligation pour l’employeur. S’il ne le fait pas, il peut recevoir une amende de l’ordre de 450 euros et être condamné à verser des dommages et intérêts à son employé.

Comment donner un bulletin de salaire à son employé ?

Un employeur a plusieurs moyens de donner son bulletin de salaire à un employé. Si en règle générale la plus fréquente est de le donner de la main à la main au bureau ou dans une enveloppe au début du mois sur son lieu de travail, ce n’est pas la seule façon de procéder.

Certains employeurs préfèrent en effet l’envoyer directement par voie postale au domicile de leur employé. Pour rappel, le bulletin de salaire n’a pas besoin d’être envoyé par recommandé avec accusé de réception. Il peut être envoyé par lettre traditionnelle. Si vous ne le recevez pas, sachez que vous pouvez demander un duplicata à votre employeur car il a l’obligation de conserver le document durant 5 ans.

L’employeur peut aussi décider de vous donner votre bulletin de salaire par mail. Cependant, en choisissant de vous faire parvenir ce document de cette manière, il doit au préalable obtenir votre accord écrit et verbal.

Quand un intermittent doit-il recevoir son bulletin de salaire?

Il y a toujours des cas qui sortent de l’ordinaire, comme par exemple comment savoir quand donner un bulletin de salaire à un intermittent.

La réponse est assez simple. Un intermittent peut être amené à travailler sous plusieurs conditions, soit par cachet, soit en CDD intermittent, soit en CDI intermittent, etc.

Le bulletin de salaire doit être remis à la fin du contrat. Donc un intermittent peut avoir dans le même mois plusieurs bulletins de salaire. Cela dit, s’il est en CDI, le fonctionnement du bulletin de salaire sera exactement le même que pour un employé lambda ; il devra dès lors recevoir le fameux document une fois par mois au moment de la paie.

Si vous avez d’autres questions sur le fait de donner une fiche de paie à un intermittent ou si vous avez des questions sur comment recevoir votre bulletin de salaire en tant qu’intermittent, vous pouvez prendre rapidement contact avec les professionnel de 1-bis (1-bis.com).

Qui finance les intermittents du spectacle?

Le monde des intermittents du spectacle est un monde un peu spécifique qui dispose de règles bien particulières. Il n’est pas facile pour les débutants de comprendre comment ça marche. Mais une question reste en suspens : qui les finance et comment faire son trou de manière rentable ?

Les finances d’un intermittent du spectacle

Pour savoir quelles sont les finances d’un intermittent du spectacle, il est important de savoir un minimum quelles sont les particularités de ce statut. Contrairement au régime général, les intermittents du spectacle doivent avoir un minimum de 507 heures travaillées sur 12 mois pour obtenir leur allocation chômage qui est cumulable avec leur cachet en cours. Un salarié lambda doit lui prouver qu’il a travaillé 4 mois sur les 24 derniers afin d’avoir droit au chômage. Une différence qui impacte certes les finances d’un intermittent, mais qui lui met aussi une pression importante qui a d’ailleurs conduit durant la pandémie au prolongement de l’année blanche afin de permettre aux gens du spectacle un petit répit face à une situation inédite.

Les employeurs particuliers d’un intermittent du spectacle

Les finances d’un intermittent sont donc grandement influencées par ses cachets puisqu’il s’agit pour eux de leur contrat. Il faut savoir que des particuliers peuvent embaucher un intermittent du spectacle. Pourquoi ? Comment ? C’est très simple. Un particulier, à comprendre une famille ou une entreprise qui aurait un projet de spectacle pour l’anniversaire du petit dernier par exemple ou pour une fête d’entreprise, peut facilement embaucher un groupe de musique ou un clown, soit un intermittent.

Pour ce faire, il faut passer par les guichets uniques Gusco qui permettent l’embauche d’intermittent tout en ayant des démarches plus que simplifiées. Gusco propose un portail internet qui permet donc à tous de pouvoir régulariser le problème de la paperasse facilement.

Les employeurs professionnels d’un intermittent du spectacle

Bien sûr, les intermittents du spectacle ne basent pas l’intégralité de leurs finances sur les particuliers. On peut avoir le statut d’intermittent du spectacle en étant ingénieur son ou caméraman ou encore technicien. Il existe dons des entreprises qui sont complètement tournées vers l’activité du spectacle et qui permettent aux intermittents d’obtenir des contrats tels que des CDD ou des CDI. Les contrats en CDI ne sont cependant pas spécialement faciles à obtenir, bien au contraire. Le principal type de contrat que l’on propose aux intermittents reste le cachet soit un contrat de prestation qui équivaut à 12 heures de travail. En effet, si un comédien ou un musicien obtient 1 ou 2 heures de représentation, le cachet englobe toutes les heures de répétition qu’il a eu pour préparer le spectacle.

Les périodes d’inactivité d’un intermittent du spectacle.

Bien entendu, un intermittent du spectacle qui fonctionne en grande partie grâce aux cachets doit trouver des finances lorsqu’il n’est pas en contrat. Comme nous l’avons vu plus tôt dans cet article, il doit donc s’inscrire en tant que demandeur d’emploi au statut d’intermittent du spectacle.

Si ce statut n’est pas facile à obtenir, il n’en reste pas moins pour beaucoup d’intermittents une façon de faire face aux périodes creuses. Certains intermittents par exemple arrivent plus facilement à trouver des cachets durant la période estivale, d’autres durant la période hivernale ; cela dépend de votre talent et de vos connexions. Mais n’oubliez pas qu’intermittent du spectacle est un métier formidable.

Si vous avez d’autres questions sur les finances et fiches de paie des intermittents du spectacle et que vous souhaitez des réponses adaptées à votre cas ou à celui d’un proche, vous pouvez voir avec les spécialistes de 1-bis qui sont là pour vous rendre la vie plus simple.

Comment annuler une déclaration Urssaf ?

Dans le domaine de la paie d’intermittent du spectacle, les rapports entre employés/employeurs et l’URSSAF sont généralement source de pas mal de stress. En effet, on a peur de ne pas bien faire les choses et de partir sur de mauvaises bases. Alors comment faire pour annuler une déclaration ? Que doit-on faire en cas d’erreur ?

Qu’est ce qu’une DPAE et un DUE ?

Avant de parler de comment annuler les déclarations URSSAF, il est bon de refaire le point sur les termes que vous risquez de rencontrer. Par exemple, savez-vous ce que signifie le terme DPAE ? C’est assez simple finalement, il s’agit de l’abréviation de déclaration préalable à l’embauche. Cette déclaration est obligatoire pour l’embauche d’un salarié sous le régime général. Il touche tous les travailleurs qui exercent sur le territoire, qu’ils soient Français ou non.

Le DUE est l’abréviation utilisée pour signifier « déclaration unique d’embauche ». Il s’agit d’une manière plus rapide de déclarer l’embauche d’un employé. Mais la question est de savoir que faire de votre déclaration lorsqu’il y a une erreur ou si l’employé sélectionné ne vient pas.

Peut-on annuler une déclaration Urssaf DPAE ? 

Sachez dans un premier temps que si vous avez effectué une déclaration DPAE à l’Urssaf , vous ne pouvez pas l’annuler.  Donc si une erreur surgit, il vous faudra remplir une autre déclaration qui remplacera celle erronée. Sachez aussi que si vous décidez de ne finalement pas embaucher la personne en question, vous n’avez rien à faire car la DPAE est une déclaration qui s’effectue dans les 8 jours avant la date d’embauche, mais surtout, qui signifie une intention d’embauche, mais en aucun cas une obligation.

Enfin, le fait de ne pas pouvoir faire une annulation de cette déclaration date de juillet 2011. Vous n’êtes donc pas seul concerné.

Peut-on annuler une déclaration Urssaf DUE?

Dans le cadre d’une DUE, les choses sont quelque peu différentes si vous constatez lors de la relecture de votre déclaration un quelconque problème avec votre déclaration URSSAF et que vous avez la possibilité de le faire.

Pour ce faire, il vous faudra dans un premier temps contacter l’URSSAF par mail ou par voie postale de préférence en ayant recours à un accusé de réception. Vous pouvez aussi choisir de faxer l’annulation de la DUE en indiquant toutes les informations dont vous disposez. Il est recommandé de garder une trace écrite de votre échange avec les services concernés. Voilà pourquoi il vous est conseillé en cas de communication par voie postale de le faire via un recommandé avec accusé de réception.

Qui peut nous renseigner sur les déclarations de l’URSSAF ?

Il est aussi possible que vous ayez beaucoup de mal à savoir comment annuler une déclaration Urssaf. Dans ce cas, vous avez plusieurs possibilités. Vous pouvez passer par le site de L’Urssaf afin d’obtenir plus d’informations. Mais il faut bien reconnaitre que le plus souvent, les articles proposés ne sont pas des plus limpides. Vous pouvez aussi décider de déléguer la partie administrative de votre entreprise à des professionnels compétents qui vous simplifieront toute les démarches. Là encore, vous avez plusieurs possibilités : embaucher directement une personne au sein de votre entreprise ou choisir de prendre une entreprise prestataire qui vous facturera uniquement ses services, sans être pour autant dans vos locaux.

Sachez que 1-bis est justement une entreprise composée de spécialistes qui pourra vous accompagner sur tous les aspects administratifs. Ils sont donc qualifiés pour vous renseigner sur le fait d’annuler une déclaration URSSAF ou autre. Ces professionnels sont toujours disponibles pour vous renseigner et vous accompagner.

Quel avantage d’être un intermittent du spectacle ?

Ces derniers temps, on a souvent pu lire la difficulté des intermittents du spectacle à trouver des cachets dans un contexte si difficile. Mais on oublie que malgré tout, être intermittent représente certains avantages non négligeables qui rendent cette activité si agréable et intéressante. Voilà ce qu’il faut savoir.

Conditions pour devenir un intermittent du spectacle 

Avant de parler des avantages d’être un intermittent du spectacle, il est bon de signaler que tout le monde ne peut pas prétendre le devenir. En soit, le terme même d’intermittent du spectacle n’existe principalement au sein de Pôle Emploi,, il englobe toutes les personnes du monde du spectacle qui sont  indemnisées par l’assurance chômage. Afin d’y avoir droit, il est important de signaler qu’il y a quelques conditions telles que :

  • Il faut avoir travaillé 507 heures sur les 12 derniers mois ;
  • Il faut être résident fiscal en France ;
  • Bien entendu, être capable de travailler dans cette branche ;
  • Ne pas avoir démissionné de son emploi sans avoir travailler un minimum après ;
  • Ne pas avoir l’âge de la retraite.

Il s’agit là plus ou moins des mêmes conditions que pour un salarié lambda hormis les heures spécifiques de travail.

Les avantages d’être un intermittent du spectacle

Malgré la précarité assez évidente du statut d’intermittent du spectacle, il existe des avantages non négligeables à ce statut.  Voici rapidement une petite liste rapide :

  • Être intermittent permet de lisser ses revenus à l’année, toujours appréciable dans une profession ou les contrats ne sont pas constants ;
  • Certaines aides au logement ou prêts immobiliers sont simplifiés ;
  • Des formations plus accessibles durant les périodes inactives ;
  • La possibilité d’avoir plusieurs employeurs facilement et sur une même journée ;
  • Une prime pour les contrats longue durée ;
  • Une prime à l’emploi ;
  • La possibilité d’obtenir 30 jours supplémentaires pour faire ses heures sous conditions bien sûr ;.

Le statut d’intermittent est régulièrement amélioré afin de répondre aux demandes, ce qui fait que les avantages évoluent aussi.

Les inconvénients d’être un intermittent du spectacle

Mais bien entendu, s’il y a des avantages à être un intermittent du spectacle, il y a aussi des inconvénients. Parmi ces inconvénients, il y a bien entendu la précarité du statut. Il est assez difficile de trouver dans cette profession des places fixes à l’année, généralement on parle de CDD ou de cachet et non de CDI.

Il faut aussi mentionner le fait qu’il n’est pas facile d’arriver au 507 heures nécessaires pour obtenir son indemnisation. Il faut aussi savoir que sur le papier les intermittents du spectacle n’ont pas le droit d’être indemnisé s’ils décident de rompre leur contrat en raison de pressions ou d’être licenciés sans motif ; pourtant c’est beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit. Il faut donc bien prendre connaissance de ses droits avant de signer un accord.

Un intermittent du spectacle peut-il cumuler des statuts ?

Dans les avantages d’être intermittent du spectacle, on peut citer le fait de pouvoir cumuler les statuts professionnels afin de pouvoirs joindre les deux bouts. Mais attention, toutes les combinaisons ne fonctionnent pas. Par exemple, être gérant d’une entreprise ne peut pas être cumulable avec le fait d’être intermittent. Mais vous pouvez être auto-entrepreneur et intermittent. Il est donc très important de prendre tous les renseignements avant de faire son choix.

Si vous avez besoin d’informations supplémentaires sur les avantages d’être intermittent du spectacle ou encore si vous avez besoin de connaitre vos droits et devoirs en tant qu’intermittent, vous pouvez vous prendre contact avec 1bis à tout moment..

Comment est payé un musicien ?

Il existe plusieurs types de musiciens : les musiciens solistes, les musiciens d’orchestre, les groupes de musique, etc. La question est comment payer un musicien ? Quels sont les barèmes de salaires et les conditions d’embauche ? Voici ce qu’il faut retenir afin de rester dans la légalité.

Payer un musicien à la hauteur de sa prestation

Il existe plusieurs façons de payer un musicien. Plus ou moins, cela dépendra du type d’embauche qui lui sera proposé ainsi que du style de musique qu’il propose. Mais de par la loi, un musicien, même s’il est embauché avec un cachet, ne pourra recevoir moins que le SMIC de l’heure. Ceci étant dit, il existe une fourchette moyenne de prix afin de savoir combien va toucher un artiste musical pour sa représentation ou encore pour son emploi. On note par exemple qu’un professeur de musique sera rémunéré en début de carrière entre 1 500 et 1 700 euros brut par mois. Un musicien d’orchestre peut en début de carrière espérer un salaire mensuel allant entre 2 900 et 3 500 euros net par mois, un choriste peut espérer 5 500 euros net par mois. Enfin, on note qu’en moyenne un musicien qui va réaliser une prestation pour un mariage par exemple va recevoir 250 euros minimum le cachet. Ce tarif peut évoluer selon plusieurs critères comme la popularité. Bien sûr, dans la musique, comme dans d’autres secteurs, les musiciens connus touchent plus que les autres. Ce qui semble normal.

Les différents types de contrats pour un musicien

Nous avons parlé plus ou moins des grilles de salaires pour payer un musicien. Dans cette liste étaient mentionnés les professeurs de musique que ce soit au conservatoire ou encore dans les collèges et lycées de notre beau pays. Comme vous pouvez vous en douter, un professeur ne travaille pas en termes de cachet au sein de son institution, bien qu’il soit tout à fait possible qu’il le fasse sur son temps libre. De même, un musicien qui sera embauché sur un bateau de croisière ou dans un village vacances n’aura pas le même style d’embauche qu’un artiste pour une soirée de mariage. Il est donc possible de proposer plusieurs types d’embauches. Un musicien peut être embauché au cachet, ce qui correspond plus ou moins à 12 heures de travail. Attention, le spectacle peut durer seulement une heure, mais le cachet correspond aux heures de préparation nécessaires pour être prêt au moment de son intervention. Un musicien peut aussi être embauché en contrat saisonnier, en CDD ou en CDI. Bien entendu, le contrat se fait selon les besoins du musicien et de l’entreprise qui l’embauche. Lorsque l’artiste travaille au cachet, les démarches sont à effectuer via GUSCO. Du moins si vous êtes un particulier qui n’est pas dans le monde du spectacle.

Les différents types de musiciens

Comme nous l’avons vu plus haut, pour payer un musicien, il y a plusieurs façons de procéder, mais il est aussi important de savoir que la grille des salaires dépend aussi du musicien lui-même. Par exemple, on constate qu’un musicien classique d’après les débouchés qui peuvent lui être proposés gagne plus qu’un musicien amateur de rock and roll. Pourquoi ? Premièrement parce que le musicien classique a bien souvent une formation plus longue, et il peut aussi être pris pour un CDI dans un orchestre et être amené à voyager. Alors qu’un artiste en musique plus moderne comme le rock and roll doit quant à lui tout miser sur sa réputation.

Bien entendu, il existe énormément de questions sur la question de comment payer un musicien et comment gérer leur fiche de paie en tant qu’intermittent. Voilà pourquoi il vaut mieux en parler avec les professionnels de 1-bis.com.

Heures et nombre de cachets pour un intermittent du spectacle

Après une période assez compliquée pour tous et en particulier pour les intermittents du spectacle, les choses semblent peu à peu revenir à la normale. C’est donc l’occasion de refaire le point sur le statut d’intermittent en commençant par les heures et le nombre de cachets nécessaire pour une ouverture de droit.

Combien d’heures ou de cachets pour avoir des droits en tant qu’intermittent ?

Comme vous le savez sûrement, être intermittent du spectacle implique une prise en charge par un système différent. Surtout en ce qui concerne Pôle emploi. Pour un salarié lambda, il est nécessaire pour prétendre ouvrir des droits d’avoir travaillé 130 jours ou encore 910 heures sur une période de 2 ans. Pour les intermittents qui eux dépendent de Pôle emploi spectacle, la donne est légèrement différente puisqu’ils doivent, durant les 12 derniers mois, justifier de 507 heures de travail ou encore de 43 cachets afin de voir leurs droits ouverts.

Depuis 2016, il n’y a plus de notion de cachet groupé ou isolé, ce qui est une bonne nouvelle afin de simplifier les démarches qui restent tout de même assez compliquées.

Les exceptions

Cela dit, pour les intermittents du spectacle qui pour une raison ou une autre n’ont pas pu justifier du bon nombre d’heures ou de cachets nécessaires, il existe des recours :

  • La clause de rattrapage : elle concerne les intermittents du spectacle qui peuvent justifier d’une ancienneté de 5 ans dans la profession et qui ont toujours justifié du bon nombre d’heures et de cachets. Dans ce cas, s’ils peuvent justifier de 338 heures sur les 12 derniers mois, un délai de 6 mois peut leur être accordé afin d’arriver au 507 heures.
  • Les interruptions justifiées : Si l’intermittent a eu un arrêt maladie, un congé maternité ou une autre interruption justifiée, sa période d’indemnisation peut être allongée. Par exemple, si la personne a été malade durant 15 jours, elle disposera d’un allongement de 15 jours pour arriver au bon nombre d’heures.
  • « Fin de période » : cette disposition concerne les intermittents du spectacle déjà inscrits à Pôle emploi spectacle et qui n’auraient pas réussi à faire leurs heures. Il leur est donc possible de demander un délai supplémentaire de 30 jours. Il est à noter qu’il leur sera alors demandé de réaliser 42 heures supplémentaires. Il faudra donc qu’ils justifient de 549 heures pour avoir accès à leur indemnisation.

A combien d’heures correspond un cachet ?

Il est aussi important pour un intermittent du spectacle de bien faire attention lors de sa déclaration à Pôle emploi spectacle de son nombre d’heures ou de cachets pour une période précise. Pour l’Urssaf, 1 cachet équivaut à 7 heures. Cependant, pour Pôle emploi, un cachet vaut 12 heures de travail. Ce qui signifie qu’il faut faire attention à ce qui sera déclaré, au risque de voir son indemnité ne pas être versée. Si par exemple vous avez un cachet allant sur une prestation de 3 jours qui revient à 24 heures, il faudra déclarer à Pôle emploi spectacle que vous avez réalisé 0 cachet et 24 heures afin que votre actualisation soit correcte. Si vous déclarez 3 cachets correspond à trois jours, vous aurez un souci car Pôle emploi comptabilisera 3 cachets de 12 heures soit 36 heures et non 24 heures. Cette erreur peut conduire à une suspension de vos droits.

Bien entendu, tous les calculs sur les heures et les cachets d’intermittents du spectacle peuvent devenir vraiment compliqués. C’est pourquoi 1-bis.com, nous vous proposons notre aide.

Comment est organisée la gestion de la paie ?

Si vous êtes un employeur qui a déjà, à titre ponctuel, ou de manière récurrente embauché un intermittent du spectacle, vous n’êtes pas sans savoir à quel point la gestion de la paie peut devenir un acte compliqué. Alors que faut –il savoir sur la gestion de la paie ?

Guichet Unique du spectacle occasionnel

Pour rappel, les employeurs qui font appel à des intermittents du spectacle de manière occasionnelle doivent passer par GUSO soit le guichet unique du spectacle occasionnel afin de réaliser toutes leurs démarches, y compris la gestion de la paie.

Ce guichet unique a pour but de permettre à tous, que ce soit un comité d’entreprise pour un spectacle d’entreprise ou encore un particulier pour une fête d’anniversaire par exemple, de réaliser toutes les démarches de manière centralisée et simplifiée.

En remplissant un simple formulaire, vous pourrez en une seule fois renseigner tous les champs obligatoires et ainsi centraliser les différentes démarches auprès de L’URSSAF, pole emploi, médecine du travail, etc.

L’intermittent recevra alors directement de GUSO sa fiche de paie. Le but de ce guichet est de permettre à tous d’engager sans problème un intermittent du spectacle sans que cet acte devienne compliqué.

La gestion de la paie par logiciel

Si en revanche vous êtes de par votre profession amené à embaucher de manière régulière des intermittents du spectacle, vous devrez trouver une solution à long terme. Dans ce cas, vous pouvez aussi le faire vous-même.

Aujourd’hui, le monde a évolué notamment grâce à l’informatique. C’est donc sans surprise que vous apprendrez qu’il existe des logiciels spécialement dédiés à la gestion de la paie des intermittents. Il en existe même un grand nombre plus ou moins facile à comprendre, même pour un autodidacte.

Cela dit, même si ces logiciels sont performants, la gestion de la paie dans ce domaine précis reste assez complexe et vous n’êtes pas à l’abri de faire des erreurs.

Rappelons que l’administration n’est pas toujours compréhensive dans ce genre de cas. Voilà pourquoi il est conseillé à ceux qui choisissent cette solution d’être, un minimum, formés à leur logiciel avant de se lancer et surtout de bien connaitre les lois en vigueur dans le domaine du spectacle.

Externaliser la gestion de la paie d’un intermittent 

Cela dit, il existe une autre solution pour faciliter la gestion de la paie d’un intermittent. Il s’agit de l’externalisation des démarches. En soit, cela signifie que vous demandez à une entreprise extérieure à la vôtre de s’occuper des différentes démarches nécessaires que ce soit à l’embauche ou au traitement des informations.

Cette solution séduit de plus en plus d’employeurs car elle garantit que des professionnels s’occupent de tout et qu’il ne vous reste plus qu’à sélectionner l’intermittent sans vous soucier du reste.

Ce type d’entreprise vous demandera de remplir un formulaire simple et d’après vos informations s’occupera du reste. Vous pouvez par exemple faire appel à 1 bis pour ne citer qu’eux qui prendra le temps non seulement de vous informer mais surtout de s’occuper de toute la gestion de la paie d’intermittent, peu importe le nombre que vous embauchez, et la durée de leur contrat. Ainsi, vous vous assurez de toujours être en règle et d’avoir l’esprit libre sans avoir à passer des heures devant un logiciel.

Vous l’aurez compris, en matière de gestion et de bulletin de salaire pour intermittent du spectacle, 1 bis est définitivement une option à connaitre.